Dans le cadre de sa participation aux Réunions de Printemps du Groupe de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI), Monsieur Aïmene BENABDERRAHMANE, Ministre des Finances, a pris part ce jeudi 1er avril 2021, par visioconférence, à la réunion des Ministres des Finances et Gouverneurs des Banques Centrales de la région MOANAP (Moyen Orient Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan) avec Mme Kristalina Georgieva, Directrice Générale du Fonds Monétaire International.

Cette réunion qui se tient habituellement en marge des Assemblées Annuelles et des Réunions de Printemps des Institutions de Breton Woods, a constitué une plateforme d’échange et de partage à travers laquelle les pays de la région MOANAP partagent avec le FMI, leurs préoccupations en matière de développement économique et financier et échangent sur les meilleurs moyens, permettant au Fonds d’accompagner ces pays sur cette voie.

Lors de cette rencontre, les discussions ont porté essentiellement sur les principaux défis de la région, imposés par la pandémie de la COVID-19.

Un accent particulier a été mis sur la question d’accès aux vaccins, ainsi que sur la manière d’insuffler la reprise économique post pandémique. Dans son intervention, M. BENABDERRAHMANE a salué les efforts consentis par le Fonds Monétaire International, pour soutenir les pays membres, notamment ceux à revenus faible et intermédiaire, à l’effet de faire face aux effets de la pandémie de COVID-19.

Il a également souligné que cette institution a fait preuve d’une forte réactivité dans sa réponse à la crise, notamment à travers l’assistance technique et l’adaptation de ses instruments et facilités de financement.

Monsieur le Ministre des Finances a également indiqué que l’Algérie a mis en place un dispositif de riposte depuis le début de la propagation de la pandémie, dont le but principal était de sauver les vies humaines et de protéger les revenus. Des mesures budgétaires, fiscales, douanières et monétaires ont été aussi prises en vue de préserver les postes d’emploi et de soutenir l’activité du secteur économique public et privé.

Ce dispositif a couté des financements supplémentaires d’un montant dépassant le 1,3 Milliard de $US. Sur un autre plan, M. BENABDERRAHMANE a signalé l’organisation, au mois d’Aout dernier, des assises nationales pour l’élaboration d’un Plan de relance économique et social, avec l’ensemble des parties prenantes et qui a débouché sur un plan d’action à court terme couvrant la période 2021-2024. M. BENABDERRAHMANE a précisé que les autorités algériennes œuvrent de façon continue à accélérer les réformes économiques, pour appuyer le processus de diversification en vue d’asseoir, à terme, une économie dynamique, durable et inclusive, affranchie de sa dépendance aux hydrocarbures.

Sur le plan fiscal, les réformes entreprises visent essentiellement à l’amélioration de l’assiette fiscale, la réalisation d’une meilleure équité en matière d’imposition et la réinstauration de la confiance entre le contribuable et l’administration fiscale.

Sur le plan budgétaire, la réforme vise à une rationalisation accrue de la dépense publique et tout en faisant de cette dernière un levier pour consolider la croissance économique, a-t-il ajouté. Concernant les réformes du secteur financier et bancaire, celles-ci ont pour objectif primordial une dynamisation du marché, une diversification des produits et une meilleure gouvernance des banques publiques, a-t-il précisé.

Enfin, Monsieur le Ministre des Finances a mis l’accent sur la question centrale de l’inégalité observée en matière d’accès des pays aux vaccins anti-COVID, dans la mesure où la majeure partie de ces vaccins, en cours de production, a déjà été acquise par des pays à revenu élevé. Il a, à ce titre, appelé à assurer un accès équitable et rapide à ces vaccins, notamment pour les pays en développement, tout en soulignant le rôle de l’action multilatérale dans ce cadre.

Zoom sur les chiffres